Comment fonctionne une éolienne ?

Les éoliennes fonctionnent à des vitesses de vent généralement comprises entre 10 et 90 km/h. Un système permet d’orienter la nacelle afin que le rotor et les pales soient toujours face au vent. Les pales de l'éolienne captent la force du vent et font tourner un axe (le rotor) de 10 à 25 tours par minute. L'énergie mécanique ainsi créée est transformée en énergie électrique par un générateur situé à l'intérieur de l'éolienne, dans la nacelle. Cette électricité est ensuite convertie pour être injectée dans le réseau électrique par des câbles souterrains.

La puissance d’une éolienne, qu’est-ce-que ça signifie ?

La puissance est la quantité d'énergie produite ou transmise en une seconde. Les éoliennes actuellement installées ont une puissance maximale comprise entre 2 et 4 MW, ce qui correspond donc à la quantité maximale d’énergie qu'elles peuvent produire en une seconde, lorsque le vent est suffisamment fort. Si le vent est plus faible, l’énergie fournie sera moindre.

La puissance maximale n’est donc pas un très bon indicateur pour évaluer la performance d’une éolienne. Ce qui compte avant tout, c’est la quantité totale d’énergie électrique produite en une année. La force, la fréquence et la régularité des vents sont des facteurs essentiels pour déterminer la production.

Éolienne et facteur de charge, de quoi est-il question ?

Même si elle ne fonctionne pas en permanence à pleine puissanceune éolienne fonctionne et produit de l’électricité en moyenne plus de 90 % du temps.

Afin de caractériser la notion de « productibilité » d’une éolienne, les énergéticiens utilisent un indicateur appelé facteur de charge. Cet indicateur mesure le ratio entre l’énergie produite par une unité de production électrique et l’énergie qu’elle aurait pu produire si elle fonctionnait en permanence à sa puissance maximale. Ainsi, en 2016, le facteur de charge éolien moyen en France a été de 23% [1].

[1] Panorama de l’électricité renouvelable 2016, RTE, SER, Enedis, ADEeF